Cinq cent mille clients par an dans les stations thermales tchèques et françaises

La République tchèque peut être fière des dizaines de villes thermales disséminées sur son territoire, et de sa tradition de plusieurs centaines d’années dans le domaine du thermalisme Parmi les villes thermales les plus connues à l’échelle internationale, il convient de citer Karlovy Vary, dont la notoriété s’accroit actuellement avec le festival international du film, qui a lieu au mois de juillet. Après une période qui a vu le nombre de visiteurs décroître suite à des changements législatifs, les bains tchèques ont retrouvé leur popularité et le nombre de clients est proche de celui de la France. Dans l’Hexagone, l’histoire du thermalisme est étroitement liée à celle de l’Empire romain, connu pour l’importance des bains publics dans la vie sociale, mais les bains ont un regain de popularité de nos jours.

D’exceptionnelles sources d’eau minérale utilisée à des fins thérapeutiques dès le début du 15e siècle jaillissent dans de nombreuses localités de la République tchèque. Ces sources ont peu à peu donné naissance à des villes thermales à l’architecture spécifique et le plus souvent dans des paysages pittoresques. Le thermalisme a connu sa période de gloire à la fin du 18e siècle en raison du lien étroit qu’il entretenait avec les évolutions scientifiques et techniques, et grâce au développement des loisirs et du voyage.  Il a affiché longtemps un taux de croissance régulier avec une interruption en 2011 à la suite de changements législatifs, principalement la réduction de la contribution de l’assurance dans les séjours pour cure thermale. L’impact a été immédiat, car un tiers des quelques 380 milles clients annuels bénéficiait de cette contribution.. Les étrangers représentent le deuxième tiers des clients et le dernier tiers est constitué par les touristes locaux. Suite aux interventions de l’Association tchèque des thermes, fondée en 1995, et aux nombreuses plaintes des citoyens, les règles de financement ont été modifiées de nouveau, ce qui a rapidement entrainé un retour formidable  de clientèle.

Mariánské láznì, nordic walking na kolonádìLa France, six fois plus peuplée que la Tchéquie, a environ 550 000 patients à qui l’on prescrit chaque année une cure thermale. La rhumatologie concerne plus de deux tiers des patients. Ceux-ci peuvent choisir parmi 109 établissements thermaux et 770 sources. Le contrôle du bon fonctionnement est assuré depuis 2002  par un syndicat professionnel appelé Conseil National des Exploitants Thermaux. De l’importance du thermalisme dans les deux pays témoigne  le fait que dans l’Association européenne des thermes ESPA, le poste de président est occupé par le Français Thierry Dubois et celui de vice-président par Martins Plachý, membre d’une famille exploitante de thermes dans l’ouest de la Tchéquie.

Les effets curatifs de l’eau ne sont pas une nouveauté. Le grand promoteur en a été Vinzenz Priessnitz, originaire du village de Grafenberk, devenu aujourd’hui Jeseník, où il avait fondé une station hydrothérapique. Il prescrivait aux curistes des jets d’eau froide et de s’envelopper dans des tissus humides, mais il leur conseillait aussi de faire des randonnées dans la nature pour respirer l’air frais des montagnes. Ses méthodes lui ont valu les plaintes de plusieurs médecins, mécontents qu’un non-professionnel guérisse des patients aussi rapidement, et de surcroît gratuitement. On retrouve aujourd’hui à Jeseník un Balneoparc avec des jets et des bassins d’eau froide qui portent son nom, ainsi que des dizaines de source d’eau à travers le pays.

On retrouve 13 sources d’eau thermale dans la seule ville de Karlovy Vary, qui propose également une 14e source secrète, la liqueur d’herbes Becherovka. Le nom de la ville évoque de l’eau bouillante, celle de Teplice de l’eau chaude. On retrouve une bonne dizaine de villes tchèques avec le mot Lázně (thermes) dans leur nom : Františkovy lázně, Jánské lázně, Mariánské lázně, Lázně Bělohrad, Lázně Libverda, Lázně Toušeň et bien d’autres. Un chapitre du thermalisme tchèque, un peu moins heureux, concerne Jáchymov. Sous le régime communiste, cette ville retenait des centaines de prisonniers politiques qui travaillaient dans les mines d’uranium. De nos jours, les touristes et les curistes sont revenus dans cette ville de montagnes. De même qu’en Tchéquie, on retrouve en France des villes thermales dont le nom  mentionne leur spécificité : Aix-les-Bains, Barbotan-les-Thermes, Digne-les-Bains ou encore Bains-les-Bains. Et certaines villes françaises sont connues en Tchéquie grâce à la distribution de leur eau minérale en bouteille : Vittel, Evian ou Vichy.

A propos Francouzsko-česká obchodní komora / Chambre de commerce franco-tchèque 1278 Articles
La Chambre de commerce franco-tchèque, créée en mars 1996, joue un rôle actif dans l’animation de la communauté d’affaires franco-tchèque et contribue significativement au développement des activités économiques des deux pays. Elle soutient également l’idée d’une Europe unie. La CCFT est un organisme indépendant qui s’autofinance, et qui compte à ce jour plus de 300 entreprises membres, tant françaises, que tchèques et fait partie des chambres les plus actives du territoire. En 2016, la Chambre a organisé plus de 70 évènements – parmi lesquels des clubs thématiques, des débats, des séminaires, des sorties sportives, culturelles et gastronomiques - auxquels se sont rendues près de 4700 personnes. En plus d’animer la communauté d’affaires, la Chambre est une des rares chambres à avoir un service d’appui aux entreprises, qui propose une gamme complète de services aux entreprises tchèques et françaises, souhaitant aborder le marché étranger. Chaque année près de 70 entreprises profitent de cette offre et sont accompagnées dans leur développement. La CCFT est membre de CCI France International, qui regroupe 115 chambres de commerce françaises à l’international.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*