Economie circulaire : économie de ressources, de déchets, durabilité et avantages économiques

Cet article provient du magazine Contact 88. Vous le trouverez ici

Auteur : Ing. Soňa Jonášová, Institut d’économie circulaire, z.ú.

L’économie circulaire est un système qui a pour objectif de réutiliser les ressources le plus longtemps possible, en les maintenant à un haut niveau de qualité.

Cela engendre non seulement une économie des ressources primaires, mais aussi la création de nouveaux emplois – les « green jobs». Globalement, c’est un simple retour au bon sens, une production et une consommation raisonnées, dans le respect des ressources naturelles. Ce sont les principes sur lesquels la société humaine s’est fondée durant des siècles. Cependant, la tendance globale est à la croissance constante de la population et de l’économie, qui se traduit par une énorme pression sur les ressources naturelles dont le potentiel n’est pas utilisé dans toute sa dimension.

Notre modèle économique se caractérise par la production de masse et la fabrication d’articles non recyclables à utilisation unique. Malgré la révolution industrielle 4.0 à laquelle nous sommes censés assister, une très grande quantité de déchets continue à être stockée.

Cependant, les exigences environnementales et législatives sont plus fortes afin de mettre un terme à la simple liquidation des déchets, car il est évident que la société doit désormais s’orienter vers un usage efficace des ressources, la prévention de la création de déchets et la conception de produits réutilisables.

 

Les projets pour 2018 

À la mi-avril, la version quasi-finale d’un ensemble de mesures législatives liées à l’économie circulaire a été adoptée en Tchéquie. Il est certain que l’accent sera mis sur le recyclage et la réduction des déchets. Un sujet intéressant pour les entreprises est la symbiose industrielle, qui analyse les moyens de réutiliser l’eau, les matériaux et l’énergie au sein des entreprises ou des sites industriels. De tels projets entrainent une meilleure résistance à la volatilité des prix, freinant ainsi les conséquences difficilement prévisibles des conflits géopolitiques. Les débats actuels portent sur le taux de recyclage concret à atteindre par différents pays. On peut s’attendre aussi à une nouvelle définition du mot recyclage.

En République tchèque, nous appelons souvent recyclage le simple tri des déchets, mais nous ne suivons que très rarement l’utilisation concrète des déchets. L’économie circulaire ne concerne pas seulement les cycles techniques, le recyclage ou les règles d’éco-conception. Elle abordera également le concept des cycles biologiques, qui comprend par exemple le retour de la matière organique dans les sols. Le manque de matière organique dans les sols est devenu au cours des dernières années un des facteurs principaux d’érosion des sols ; les nouvelles normes vont donc donner la priorité aux engrais organiques sur les engrais minéraux.

Par précaution, on peut s’attendre à la restriction ou l’interdiction de boues d’épuration sur les terres agricoles. Ces étapes conduiront à la nécessité de réviser les systèmes actuels, une attention particulière sera portée à l’arrêt de la mise à la décharge. Les matériaux, les éléments nutritifs, l’eau et les autres ressources vont devoir circuler dans le système, à un haut niveau de qualité et le plus longtemps possible. Ces changements demandent une collaboration interdisciplinaire, un véritable défi dans certains domaines.

Financement européen pour des projets d’éco-innovation

L’économie circulaire est l’une des dix priorités thématiques de l’Union européenne : outre la mise en oeuvre d’une législation plus exigeante pour favoriser une transition vers l’économie circulaire, la Commission européenne apportera un soutien financier très intéressant dans ce domaine.

En particulier, les fonds seront utilisés pour des projets de recherche axés sur une application rapide des résultats. Les technologies éco-innovantes permettant de réduire la consommation d’énergie, de réduire les émissions ou d’utiliser plus efficacement les matériaux de base à faible production de déchets ou de produits secondaires seront également soutenues.

Les fonds seront accordés également aux technologies de recyclage destinées à la gestion des déchets actuels ou à la production d’énergie lorsque le recyclage n’est pas rentable. A notre époque, le développement économique doit aller de pair avec les aspects écologiques, et les entreprises et l’industrie jouent également un rôle clé à cet égard.

Les éco-innovations étaient également au coeur de la première édition du Forum d’éco-innovation organisé par INCIEN (Institut de l’économie circulaire) et ses partenaires fin novembre à Křtiny en Tchéquie. Il est évident que ces thèmes méritent vraiment notre attention.

La nécessité d’un concept pour la République tchèque

L’économie circulaire fait l’objet d’un débat actif depuis trois ans en République tchèque. Le pays a du retard par rapport aux autres pays européens, qui ont déjà élaboré des plans et des stratégies nationales de transition du modèle linéaire, « exploiter – produire – jeter », vers l’économie circulaire, en laquelle ils voient un grand potentiel. Les leaders dans le domaine sont les Pays-Bas, la Suède ou la Finlande. En RT, le sujet fait partie de l’agenda du Ministère de l’Environnement, mais l’ampleur et la complexité du sujet, et la nécessaire mise en place d’une collaboration interdisciplinaire, devra impliquer d’autres ministères.

Les entreprises et l’économie circulaire

L’introduction de ces principes dans le monde des affaires se traduit par la responsabilisation d’une entreprise à l’égard de ses propres produits à la fin de leur cycle de vie. Un bon exemple est IKEA, une entreprise suédoise, dont les filiales tchèques ont une marge de manœuvre importante pour élaborer leurs propres projets « responsables ». Ainsi est né le projet Une deuxième vie pour les meubles, qui permet aux clients de rendre leurs vieux meubles au magasin et de bénéficier d’un bon d’achat d’un montant équivalent à la valeur résiduelle des meubles. Les meubles circulent, IKEA construit une image de responsabilité sociale de qualité et de plus entretient une relation avec ses clients. Un mois après le lancement du projet, des milliers de clients avaient déjà utilisé cet avantage.

Certaines entreprises ne peuvent pas recycler leurs produits, mais font l’effort par exemple d’utiliser des matières secondaires au lieu des matières premières. Cette voie a été choisie par JRK Biowaste Management, le distributeur tchèque de composteurs haut de gamme produits à partir de caisses de bières en plastique. L’entreprise REPLAST de Pilsen avec une large gamme de produits fabriqués à partir de vieux câbles a été récompensée au concours Transformation des déchets en ressources, organisé par le Ministère de l’Industrie et du Commerce depuis l’année 2017. Son objectif est d’attirer l’attention sur des produits intéressants fabriqués à partir de matériaux recyclés et de promouvoir ainsi l’économie circulaire.

Lorsque INCIEN a lancé il y a trois ans le thème de l’économie circulaire en République tchèque, on espérait que le marketing ne serait pas nécessaire car les entreprises constateraient d’elles-mêmes les bénéfices de ces règles. Et à ma grande surprise, ce fut vraiment le cas ! Depuis le début de cette année, plusieurs entreprises nous ont consultés car la volatilité des prix sur les marchés mondiaux et l’instabilité d’un milieu peu propice à une planification de longue durée, les a induits à voir l’intérêt de tester le modèle de l’économie circulaire. Ceci est un signe positif indéniablement !

Cet article provient du magazine Contact 88. Vous le trouverez ici

A propos Francouzsko-česká obchodní komora / Chambre de commerce franco-tchèque 1922 Articles
La Chambre de commerce franco-tchèque, créée en mars 1996, joue un rôle actif dans l’animation de la communauté d’affaires franco-tchèque et contribue significativement au développement des activités économiques des deux pays. Elle soutient également l’idée d’une Europe unie. La CCFT est un organisme indépendant qui s’autofinance, et qui compte à ce jour plus de 300 entreprises membres, tant françaises, que tchèques et fait partie des chambres les plus actives du territoire. En 2016, la Chambre a organisé plus de 70 évènements – parmi lesquels des clubs thématiques, des débats, des séminaires, des sorties sportives, culturelles et gastronomiques - auxquels se sont rendues près de 4700 personnes. En plus d’animer la communauté d’affaires, la Chambre est une des rares chambres à avoir un service d’appui aux entreprises, qui propose une gamme complète de services aux entreprises tchèques et françaises, souhaitant aborder le marché étranger. Chaque année près de 70 entreprises profitent de cette offre et sont accompagnées dans leur développement. La CCFT est membre de CCI France International, qui regroupe 120 chambres de commerce françaises à l’international.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*