Sondage : l’économie tchèque est la plus stable de l’UE

L’économie de la République tchèque est la plus stable parmi les pays membres de l’Union européenne. L’Euro Monitor d’Allianz, qui évalue chaque année la stabilité et la santé des économies européennes et notamment de la zone euro à partir de 20 indicateurs, confirme ce constat. Les principaux domaines observés sont la durabilité budgétaire, la compétitivité, le taux d’emploi, la productivité et la dette extérieure.

Le résultat positif de la Tchéquie est dû au rapport bas dans les secteurs privé et public ainsi qu’au taux de chômage inférieur à 3 %.

« Tandis que dans de nombreux pays européens la baisse du chômage est accompagnée d’une croissance de productivité moyenne, la productivité du travail tchèque a augmenté de 2,7 %, » constate l’économiste en chef d’Allianz Michael Heise.

Le rapport signale également une possibilité de surchauffe de l’économie. Les conditions sur le marché du travail contribuent à une augmentation de salaires et même si la productivité du travail croît, les coûts de main d’œuvre unitaires augmentent également.

Une zone euro en bonne santé

Du point de vue économique, la zone euro est en très bonne santé. En 2017, 15 pays européens ont vu leur classement s’améliorer par rapport à l’année précédente. Dans la plupart de ces pays, le déficit public, le taux d’endettement public et le chômage diminuent, tandis que la productivité du travail augmente.

Dans le classement d’Allianz, la Tchéquie a reçu 8,2 points et se trouve en tête de liste, suivie par l’Allemagne avec 8,1 points et les Pays-Bas. Le plus grand progrès a été marqué par Chypre (+0,8 points), l’Autriche et l’Irlande (+0,7 points).  En fin de liste on trouve le trio des pays fondateurs de l’UE : le Royaume-Uni, l’Italie et la France (5,4 points).

La note française inchangée

Sa note générale demeure inchangée à 5,4 par rapport à l’année dernière. Cela est dû en grande partie à la performance des exportations dans un contexte pourtant porteur. De plus, la dette des entreprises est de plus en plus inquiétante : elle s’établit à plus de 130% du PIB, dans une tendance haussière durable, contraignant la Banque de France à proposer des mesures macro prudentielles pour durcir le plafonnement des crédits aux entreprises.

Les coûts unitaires du travail enregistrent cependant une bonne performance, tandis que la situation du marché de l’emploi français poursuit son amélioration. Malgré une situation difficile du chômage et de l’emploi, ces taux évoluent dans la bonne direction.

A propos Francouzsko-česká obchodní komora / Chambre de commerce franco-tchèque 1808 Articles
La Chambre de commerce franco-tchèque, créée en mars 1996, joue un rôle actif dans l’animation de la communauté d’affaires franco-tchèque et contribue significativement au développement des activités économiques des deux pays. Elle soutient également l’idée d’une Europe unie. La CCFT est un organisme indépendant qui s’autofinance, et qui compte à ce jour plus de 300 entreprises membres, tant françaises, que tchèques et fait partie des chambres les plus actives du territoire. En 2016, la Chambre a organisé plus de 70 évènements – parmi lesquels des clubs thématiques, des débats, des séminaires, des sorties sportives, culturelles et gastronomiques - auxquels se sont rendues près de 4700 personnes. En plus d’animer la communauté d’affaires, la Chambre est une des rares chambres à avoir un service d’appui aux entreprises, qui propose une gamme complète de services aux entreprises tchèques et françaises, souhaitant aborder le marché étranger. Chaque année près de 70 entreprises profitent de cette offre et sont accompagnées dans leur développement. La CCFT est membre de CCI France International, qui regroupe 120 chambres de commerce françaises à l’international.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*