Subvention de l’Etat pour inciter les tchèques à utiliser l’eau de pluie

L’État tchèque veut apporter sa contribution financière aux  gens  qui utiliseront l’eau de pluie pour l’eau des  toilettes ou l’eau courante. Le programme fait partie de la politique nationale de lutte contre la sécheresse. Le ministre Richard Brabec (parti ANO) est convaincu que la République tchèque est bien préparée pour les inondations, mais pas pour la sécheresse. Selon le ministre, pour la seule ville de Prague, près de 12 milliards de litres d’eau potable sont gaspillés chaque année en tirant la chasse d’eau des toilettes, un volume qui pourrait couvrir les besoins en eau potable de toute l’Europe sur une période de cinq jours. Les caisses de l’Etat vont contribuer à hauteur de 100 millions de couronnes à soutenir une meilleure gestion de l’eau de pluie dans les ménages. Les demandes de subventions peuvent être déposées à partir du 29 mai.

Épargner l’eau potable devrait être un geste naturel, mais ne l’est pas au contraire. D’après un récent sondage réalisé par la société Ipsos auprès de 1000 citoyens tchèques, les trois quarts des habitants de ce pays sont prêts à réduire leur consommation d’eau pour des raisons financières. Seuls 44 % des sondés ont déclaré être prêts à le faire pour protéger l’environnement, et à peine 18 % considèrent qu’économiser  l’eau est un minimum de responsabilité sociale qui devrait être du devoir de  chacun. La sécheresse et les pénuries d’eau sont plus souvent perçues comme un problème par les personnes âgées que par les jeunes ; les personnes qui craignent le plus la sécheresse ont le plus souvent une formation universitaire.

« Les personnes de plus de 50 ans font un effort  pour réduire  leur consommation d’eau dans 95 % des cas, tandis que cela ne concerne que  73 % des jeunes de moins de 29 ans. Ce comportement s’explique par le fait qu’elles considèrent, plus que les jeunes, la sécheresse comme un problème actuel de société » a déclaré Tomáš Macků, directeur de communication de l’agence Ipsos.

Le programme de subventions « Dešťovka » (Eau de pluie) du Ministère de l’Environnement vise à encourager les propriétaires à réduire leur consommation d’eau potable. Les subventions sont divisées en trois catégories allant de la collecte d’eau de pluie pour l’arrosage du jardin à l’accumulation d’eau de pluie pour les toilettes et la réutilisation des eaux usées épurées. La subvention dans le cadre de la partie la plus simple du programme, appelée justement « Dešťovka » sera accordée uniquement aux régions souffrant de  problèmes de sécheresse  à long terme telles que Frýdek-Místek, Vysočina ou Znojmo. Un avantage sera également accordé aux municipalités où il sera interdit d’arroser les jardins et remplir les piscines avec de  l’eau potable. Les autres types de subventions iront au profit des propriétaires et des constructeurs de maisons résidentielles, à l’exclusion des maisons de vacances et des chalets.

Le montant de l’aide varie entre 20 et 60 milles couronnes (de 740 à 2 200 euros environ) selon la technologie utilisée. A cette somme s’en ajoute une autre  pour chaque mètre cube de réservoir. Le volume minimal du réservoir doit être de deux mètres cubes. Les subventions couvrent au maximum la moitié des dépenses, qui incluent l’achat d’équipements, son installation, les travaux de terrassement et les modifications de la conduite d’eau.

Entre 1989 et 2017,  la consommation d’eau potable en République tchèque a été divisée par deux, mais pendant cette même période, son prix a augmenté plus de 40 fois. Selon l’expert en traitement des eaux usées Jiří Wanner, un ménage moyen pourrait réaliser, grâce à cette subvention, des économies de 40 000 litres d’eau par an et diminuer ainsi d’un quart la facture du distributeur d’eau. Considérant le prix moyen du m3 d’eau en RT d’environ 80 couronnes (3 euros), ce ménage économiserait 3200 couronnes par an.

A propos Francouzsko-česká obchodní komora / Chambre de commerce franco-tchèque 1499 Articles
La Chambre de commerce franco-tchèque, créée en mars 1996, joue un rôle actif dans l’animation de la communauté d’affaires franco-tchèque et contribue significativement au développement des activités économiques des deux pays. Elle soutient également l’idée d’une Europe unie. La CCFT est un organisme indépendant qui s’autofinance, et qui compte à ce jour plus de 300 entreprises membres, tant françaises, que tchèques et fait partie des chambres les plus actives du territoire. En 2016, la Chambre a organisé plus de 70 évènements – parmi lesquels des clubs thématiques, des débats, des séminaires, des sorties sportives, culturelles et gastronomiques - auxquels se sont rendues près de 4700 personnes. En plus d’animer la communauté d’affaires, la Chambre est une des rares chambres à avoir un service d’appui aux entreprises, qui propose une gamme complète de services aux entreprises tchèques et françaises, souhaitant aborder le marché étranger. Chaque année près de 70 entreprises profitent de cette offre et sont accompagnées dans leur développement. La CCFT est membre de CCI France International, qui regroupe 120 chambres de commerce françaises à l’international.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*